mardi 11 décembre 2007

La théologie malléable


Je reproduis ici (traduction libre) une citation de Bradley Schmeling, pasteur de la St. John's Lutheran Church [ELCA]. Le texte que je traduis est écrit par Al Molher, et je trouve pertinent de reproduire la citation, parce qu'elle révèle la pensée de plus en plus répandue dans la pratique.
La citation est tirée d'une entrevue accordée à The Christian Century, le 11 décembre 2007.

Dans mes premières années en tant que prédicateur, j'utilisais beaucoup le langage de la tradition luthérienne. Chaque message était une occasion de précher "la justification par grâce, par la foi, pas par les oeuvres de la loi". Avec le temps, j'ai commencé à comprendre que les gens ne s'inquiétaient pas de savoir si ils allaient au ciel ou en enfer; il craignaient d'arriver face à la mort pour réaliser qu'il n'y a pas eu de ciel pendant leur vie.

Si le problème du 20e siècle était l'expérience de la crainte existentielle, le problème du 21e siècle semble être la communauté. Les gens ne viennent pas à l'Église pour entendre que leurs péchés sont pardonnés; ils viennent pour faire l'expérience de la connexion avec Dieu, avec les gens assis avec eux, et avec le monde entier. Ma théologie est par conséquent devenue plus orientée vers l'incarnation et la relation.

Vous pouvez lire ici l'article au complet.

Je ne crois pas que cet homme ait tort quant à ce qu'il perçoit du soucis des gens. C'est vrai que ce que le monde offre, et par conséquent ce que les gens cherchent, c'est le ciel sur la terre. Mais sa réponse face à la dérive théologique est à déplorer, à savoir s'éloigner de l'Évangile afin de servir les aspirations et les désirs des gens qui ne recherchent plus la gloire de Dieu, mais leur propre satisfaction.

Je crois que, contrairement à ce que Schmeling affirme, l'inquiétude des gens est toujours la crainte existentielle, et l'absence d'identité. Mais c'est toujours uniquement en Dieu qu'on peut trouver la vraie réponse. Nous avons été créés à son image, des gens relationnels, mais notre salut ne se trouve pas dans la communion avec nos semblables, mais dans celle avec notre Créateur.

2 commentaires:

Djole a dit...

A

Tim a dit...

Merci pour ce commentaire locace. =)